3 Kifs Par Jour

Power Patate

Suivez-moi

Recevez mes articles par Email

21 jours en robe

Defi : à partir de demain, et pendant 21 jours, je ne porterai que des jupes et des robes. C’est une idée de Christine Lewicki, ma consoeur anti râle qui sait que 21 jours est le minimum pour éprouver les effets d’un changement. Qui sait aussi que c’est à la fois long et court, 21 jours. Comme les robes.

J’ai accepté son invitation immédiatement, car si je mets trois robes par an, les poules déjà, auraient des dents. Mon réflexe, mon confort et mes choix vestimentaires se posent toujours sur un pantalon. Sur des jeans, de surcroit. Plusieurs couleurs, plusieurs matières, plus ou moins souples et délavés.

J’ai accepté l’idée il y a 4 jours. Et depuis, je prépare la bataille. Car beaucoup de questions se posent à moi. Pas mal de peurs, aussi :

- montrer mes jambes

- avoir mal au pied dans des chaussures de filles

- avoir froid s’il fait froid

- qu’il fasse trop chaud pour porter des collants et ainsi devoir dévoiler ma peau.

Hier, je me suis promenée dans les rayons des magasins de mon quartier qui sont très grands pour me donner un peu de courage et de coeur à l’ouvrage. A la maison, mes vêtements sont rangés comme suit : étagères ouvertes pour les pantalons et les hauts. Armoire fermée pour les robes et les jupes.

Le Pr.Shawn Achor, auteur de Comment devenir un optimisme contagieux détaille dans son livre la loi des 20 secondes. Si on veut adopter un nouveau comportement : appendre à jouer d’un instrument, faire du sport ou porter des jupes, la clé est d’éliminer tous les obstacles entre soi et ce ce qui nous permettra de nous lancer en moins de 20 secondes. Entreposer son instrument en dehors du placard, déposer ses chaussures de courses la veille devant la porte d’entrée pour ne pas avoir à les chercher. Et dans mon cas présent, installer mes jupes dans la partie ouverte de mes rangements ?

Mais surtout me direz-vous, pourquoi me lancer dans un truc pareil ? Parce que c’est radicalement différent. Et ce qui est différent ouvre l’éventail de nos perceptions. En me contraignant un peu, je vais forcément vivre quelque chose d’autre. Que je ne peux pas prévoir à l’avance. Je recommande aux participants de mes ateliers de faire exactement cela : car la vie commence à la frontière extérieure de notre zone de confort.

A Los Angeles, où vit Christine, les femmes associent tongs ou baskets et robes. A Paris, où je vis, la brigade de la mode vous déporte si vous faites une chose pareille. Tentation de talons en plus des jupons ? On va voir. L’idée aussi est de se soutenir les unes-les autres.

Ca démarre demain et je suis certaine que ça peut se prendre en route. Nous sommes une quarantaine pour l’instant. Posterons nos tenues, chaque jour, pour nous encourager.

Je me souviens de la chaleur que j’ai ressenti lorsque j’ai conclu 28 jours consécutifs de méditation. Je vise cette fois-ci une autre sensation certainement, mais l’idée est voisine : faire autrement, tout simplement pour goûter à plus en en ayant conscience. Et tenir un engagement.

Ca vous tente ? Allez. Veneeeeeeeez.

4 Comments

    Bonjour Florence !

    Je vous suis !

    Bon ok j’avoue… Ça m’arrange bien parce que j’étais chez l’esthéticienne ce week-end.
    Et même si je suis frileuse, un hiver sous les tropiques à 24C c’est toujours plus chaud qu’un printemps en métropole ^^

    Mais moi aussi mes jambes me complexent et je privilégie les jeans flare et les ballerines aux robes & stilettos.

    Pas très courageuse, j’ai tenu 2 heures en talons et depuis j’ai retrouvé le confort de mes ballerines.

    Mais je promets de renouveler l’exploit demain ;-)

    • Je n’exclue pas non plus les ballerines dans le sac à main en secours.

    Florence, ce serait dommage de ne porter des robes que trois fois par an avec de si jolies jambes et chevilles! De plus, les robes ont l’avantage du confort et de plaire aux messieurs. Dans 3 semaines, je crois que vous ne pourrez plus revenir aux jeans qui entravent les mouvements et collent à la peu dès qu’il fait un peu chaud… D’ici là, bon courage!

    • Merci pour les encouragements.

Laissez un commentaire